Mon avis sur le film : Le pont des espions

Les meilleures périodes historiques sont toujours la source d’inspiration des bons films. C’est ainsi que Steven Spielberg a choisi le cadre de son passionnant film d’action-espionnage « le pont des espions » dans l’Amérique de guerre froide entre l’URSS (Russie aujourd’hui) et les USA des années 50 et 60. Le film relatant une histoire vraie de James B. Donovan a choisi comme acteur principal Tom Hanks, qui incarne bien son rôle d’avocat. La reconstitution et la réalisation des faits réels de ce passage d’histoire sont impeccables. Et à défaut d’offrir beaucoup de suspens aux cinéphiles, il a le mérite de les tenir en haleine jusqu’à la fin grâce aux rebondissements bien dosés.

Présentation du film

En 1960, James B. Donovan (joué par Tom Hanks), un habile avocat est choisi pour défendre un homme russe d’origine anglaise (Rudolf Abel) condamné à mort. Ce dernier est accusé d’espionnage. Il ne s’attendait pas à cette décision de l’état américain de le choisir comme avocat de la défense. Sa femme n’a pas voulu qu’il fasse le travail car elle a peur des ennuis à venir. Mais Donovan veut défendre l’accusé et se surpasse en convertissant la peine de mort réservée pour son client en emprisonnement à vie. Son prétexte est que l’homme peut servir à quelque chose dans un échange d’espions. Cet exploit lui a valu l’honneur d’être recruté par le CIA. Cette fois, sa mission consiste à mener la négociation de la libération d’un pilote de l’avion espion américain U-2 aux mains des Russes en échange d’Abel. L’avocat pénaliste accomplira-t-il sa mission et en sortira-t-il indemne ? Le canevas du « le pont des espions » est bien plus dense qu’un simple espionnage, il instruit, prête à réflexions avec les duels verbaux intelligents, sans oublier les doses d’humour essentiels à un bon film. Le tout dans une atmosphère rétro d’une élégance sobre.

le pont-des-espoins

Critique du « le pont des espions »

Les moindres avancées de l’histoire dans cette période sombre sont reconstituées d’une façon bluffante. Le film est d’un réalisme surprenant, fidèle à son dimension historique. Le thème d’espion, les scènes de négociations, le marchandage des otages sont déjà traités dans de nombreux films, mais ici Steven Spielberg l’a orchestré avec sa main de maître. Tout est bien soigné et joué, la performance de Tom Hanks, bon patriote et homme de loi impeccable. Ce dernier a d’ailleurs décroché le titre de meilleur acteur dans le second rôle dans ce film. Le scénario co-écrit par les Cohen parvient à travers les échanges fascinants, angoissants et délicats à offrir des scènes apaisantes au milieu de la tension. On peut également admirer les séquences passionnantes lors de la finition du mur de Berlin en 1961. Le film nous montre un Steven Spielberg capable de jongler parfaitement dans de nombreux thèmes comme « L’empire du Soleil », «il faut sauver le soldat Ryan» et bien d’autres encore. Bref, même si « le pont des espions » n’abonde pas d’enjeux plus forts, le film promet d’être prenant de bout à bout, pas comme cette production, on nous connaissons la fin aux premières minutes du film